Traverser l’Allemagne et le Danemark en direction de l’Islande

#1  -  - 

Notre long voyage sur la terre ferme européenne se fait en trois jours: Départ du Tyrol d’abord jusqu’à Goslar (près de Hanovre), le jour suivant jusqu’à Eckernförde (près de Kiel), puis avancée à la pointe nord-ouest du Danemark à Hanstholm. Le ferry partira d’ici.

Jour 1, 2009.07.10

Tyrol – Goslar

Après avoir franchi les dernières collines des Pré-Alpes bavaroises, on passe dans le plat-pays sur l’autoroute A7, il n’y a pas grand chose à voir. Une pluie battante nous accompagne quelque part au milieu de l’Allemagne. Nous connaissons bien cette route car nous avons des amis et de la famille au norde de l’Allemagne. Bien connaître signifie aussi que nous ne dévions pas de l’autproute, on file directement vers le nord.

Pluie battante lors d’une pause pipi et pour faire le plein de carburant

Le soir nous logeons chez la famille près de Goslar.

Jour 2, 2009.07.11

Goslar – Malente

Il nous reste encore pas mal de route vers le nord de l’Allemagne, plus on avance, plus le ciel se dégage.

Autoroute A1 et la sortie Eutin au nord de Hambourg

Holzberg

La voie est libre et nous sommes en avance sur notre horaire, nous évitons le tunnel payant sous l’Elbe à Hambourg et passons dans la Suisse d’Holstein plus à l’est. On appelle ce paysage “Suisse”, parce que l’on y trouve des montagnes, mais ce ne sont que des tas de sable accumulés par les glaciers. En tyrolien qui se respectent, nous montons sur le Holzberg et sur la tour de guet sur son sommet.

Holzberg près de Malente

Alex sur le Holzbergturm

Jour 3, 2009.07.12

Eckernförde

Le jour suivant le soleil est encore là, mais il fait plus froid. Eckernförde est une ville portuaire sympathique quand la météo est belle.

Chantiers navals dans le port historique d’Eckernförde

Bateau de pêche de la Mer Baltique

La ville est célèbre pour ses sprats fumés, c’est une sorte de sardine particulièrement grasse. C’est bon, mais il ne faut pas en abuser.

Sprats sortis fraîchement du fumoir

Le centre-ville ancien est composé de maison à colombage et aux rez-de-chaussé sont installés d’autres temples de gourmandises comme cette fabrique artisanale de caramels.

Travail de la masse de caramel

L’eau du port de la Mer Baltique n’est pas la meilleure, des méduses pullulent.

Méduses dans le port d’Eckernförde

Plage de Langholz

La côte est formée de tas de sable solidifié. Les oiseaux y creusent des galeries pour leurs nids, ceci affaiblit aussi la zone lacustre.

Nids d’oiseau sur la côte. Photo: Alex Medwedeff

Jour 4, 2009.07.13

Eckernförde – Hanstholm

Le nord de l’Allemagne et le Danemark se ressemblent beaucoup, c’est le plat-pays où les panneaux routiers dépassent toujours l’horizon. Nous roulons de longues heures vers le nord.

Sur l’autoroute E45 au Danemark

Lac Sunds Sø

On trouve de l’eau un peu partout et ce sont des lieux idéaux pour faire des pauses. En plein été les danois sont en vacances ailleurs, il n’y a personne autour du Sunds Sø.

Fleurs sur le bord du Sunds Sø

Ponton flottant du Sunds Sø

Salgjerhøj

Quand nous passons près d’une colline, nous y montons. Le Salgjerhøj cumule à 89m, c’est haut pour le Danemark!

Vue du Salgjerhøj

Hanklit

Sur la côte, le sable accumulé par les glaciers est érodé pour offrir un spectacle de géologie glaciaire à ciel ouvert. Le site porte le nom de Hanklit.

Côte du Hanklit

Nous profitons des températures clémentes. Photo: Nicolas Medwedeff

Phare Lodbjerg Fyr

Quand on a réservé un ferry et qu’il faut le rejoindre en voiture sur des centaines de kilomètres, on se donne une marge de quelques heures pour ne pas arriver en retard. Comme nous n’avons pas de bouchons, il nous reste presque tout l’après-midi pour explorer la Côte Atlantique du nord du Danemark. Pour avoir une vue d’ensemble, un point haut comme le Lodbjerg Fyr est le bienvenu, il est haut de 35 mètres et sécurise cette partie de la côte depuis 1883.

Dans la forêt autour du phare se trouvent des ruines de fortifications militaires allemandes nazies.

Tour et lanterne du phare Lodbjerg Fyr

Lentille de Fresnel du Lodbjerg Fyr

Dunes du Parc National de Thy

Église Lodbjerg Kirke

Un peu plus loin se trouve l’église Lodbjerg Kirke, qui était ensevelie sous les dunes pendant plusieurs siècles. Sans cette conservation forcée, elle ne serait plus debout de nos jours.

Le clocher de la Lodbjerg Kirke est plus bas que la nef

Fresques du 15e siècle dans la Lodbjerg Kirke

Village de pêcheurs Nørre Vorupør

Plus au nord, les dunes s’aplatissent et manquent de couverture végétale. Il n’y a pas de ports naturels, à Nørre Vorupør on traîne donc les bateaux de pêche sur la plage, un peu comme en Asie ou en Afrique. Sur la plage, ces bateau ont l’air échoués. Le soleil du soir rend les couleurs des bateaux particulièrement brillantes.

Bateaux de pêche sur la plage de Nørre Vorupør

Un bateaux de pêche en bois posé sur la plage de Nørre Vorupør

Coque renforcée d’un bateau de Nørre Vorupør

Hanstholm

Le soir, nous atteignons Hanstholm d’où partira notre ferry le matin suivant. Ce sera la nuit en camping la plus chère de tout le voyage et de toute ma vie: EUR52,- pour une voiture, une tente, deux adultes et un gosse pour une place d’herbe sans vue, sans arbres et sans délimitations. D’une part ils profitent de leur monopole, car tous sont ici pour le passage vers l’Islande. D’autre part il faut acheter une carte camping scandinave dans le sud de la Scandinavie (il parait que c’est une assurance). On nous dit que c’est obligatoire dans tous les pays scandinaves, mais l’expérience depuis nous a montré que c’est faux: dans le nord de la Suède et de la Norvège personne ne la demande, en Islande la carte est totalement inconnue.

Pour ceux qui sont là pour la plage, il y a une trotte pour y arriver.

Vigsø Bugt sous le camping de Hanstholm

#1  -  - 

No Comments

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.