Impressions de voyage en Suisse

Une relation de voyage dans la série des Livres de voyages anciens.


Alexandre Dumas

Suisse de l’ouest, Chamonix, Aix-les-Bains, Aoste

Période du voyage: trois mois en 1832. Date de parution complète des deux tomes 1851. Original français.

Environ 2x 400 pages, original et version numérique sans illustrations. Une première partie paraît dès 1834 et une autre  à partir de 1836 dans des revues, il semble que celles-ci avaient quelques illustrations. Texte en français moderne.

Version numérique récente en divers formats: Impressions de voyage en Suissetome 1 et tome 2.

Dumas encore jeune comme lors de son voyage en Suisse, vers 1840

Agencé comme un vrai récit de voyage sur trois mois et avec des descriptions très précises, ce livre contient cependant aussi des erreurs intentionelles et des informations reprises sur d’autres sources. Ainsi Dumas, qui à l’époque n’était pas encore si célèbre, surenchérit à chaque pas. Il est prouvé qu’il a été au Col du Grand Saint-Bernard, mais il n’avait pas neigé à la date qu’il précise. Certains jours il enchaîne des visites et des distances qu’il serait impossible d’accomplir de nos jours. Vu les circonstances du début due 19e siècle, le nombre de sites que Dumas dit avoir visité et les détail donnés, on peut en conclure qu’il n’a réellement vu qu’une partie des lieux et événements. Certains de ses mensonges sont prouvés en détail ici: Comment Alexandre Dumas a tordu la vérité dans ses voyages en Suisse. Cela n’enlève bien sûr rien à sa narration amusante et instructive. En gros il semble bien avoir été sur les lieux, mais à chaque fois il rajoute les informations que lui racontent ses guides comme s’il avait été présent lui-même. Il n’hésite pas à transposer certains événements potentiels de quelques décennies ou d’inventer des interlocuteurs.

Dans le deuxième partie, qui est éditée plus tard, Dumas revient souvent sur des rencontres de la première partie. La part d’histoires accessoires y est très importante. J’appelle ainsi les longs chapitres où Dumas raconte par exemple la vie d’un anglais dépressif ou le voyage d’un habitant de Chamonix à Londres. Dans ces parties le rapport avec la Suisse est à chercher à la loupe et il est évident que Dumas peinait à remplir son deuxième volume. Ces histoires dans l’histoire sont amusantes et se lisent facilement, cependant elles enlèvent de la qualité au reste du récit de voyage.

Il serait intéressant d’entreprendre ce voyage de nos jours. Je pense que beaucoup de sites sont désormais interdits d’accès, comme les morgues du Grand Saint-Bernard. Une carte, retracé d’après son récit, se trouve ici: Sur les pas d’Alexandre Dumas, Approches géographiques du Voyage en Suisse.

Caricature de Dumas traversant un “Torrent de 25 pieds de large” (1838). On se moquait déjà à l’époque de ses exagérations.

Dumas dit avoir visité le Château de Chillon en détail et avoir vu Byron passer, mais il est presque certain qu’il n’y a pas mis ses pieds. Vue de 2014.

Le Mont Blanc, tel que Dumas a pu le voir: un simple sommet de neige. Sur la gauche les Rochers Rouges inférieurs et supérieurs et à droite la montée vers le Dôme du Goûter. Vue de 2008.

Eiger et Mönch au printemps 1999. Dumas peut avoir vu les montagnes sous cet angle.

Carte touristique de la Suisse de 1852 (source avec agrandissent possible)

Caricature de Dumas exagérant ses distances parcourues, ici en “traversant un torrent de 25 pieds de large” (donc près de 8 mètres)

No Comments

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.