La Terre australe connue

Un voyage imaginaire dans la série des Livres de voyages anciens.


Gabriel de Foigny

Date de parution 1676. Original français.

Roman fiction, environ 290 pages, sans illustrations.

Version numérique scanné en PDF sous La Terre australe connue (90mo). Il semble qu’il s’agisse d’une version parue en 1692.

Ce roman aurait pu devancer Robinson Crusoe s’il n’était pas si extrême, irréaliste et beaucoup trop axé sur une critique sociale. Il y a très peu de détails pratiques et c’est le fond sur lequel est bâti l’œuvre de Daniel Defoe. Au contraire, Gabriel de Foigny, construit le personnage Jacques Sadeur en partant de sa naissance et en le stigmatisant dès le départ de porte-malheur: beaucoup de personnes de son entourage meurent quand il est avec eux en mer, y compris ses propres parents. Il est hermaphrodite et ce fait es mis en rapport avec le malheur apporté. Il s’agit d’une accusation sournoise et sans fondement telle que celle portée vers les Juifs durant longtemps. Il faut cependant rappeler que l’auteur écrit son roman au 17e siècle et à cette époque tout ce qui sort de la norme est stigmatisé.

Jusqu’à là, le roman reste assez cohérent et réaliste: les naufrages étaient courants, les pirates et les guerres aussi (voir aussi le Journal du corsaire Jean Doublet). Lors d’un voyage à Madagascar, l’auteur prend des libertés très fantastiques pour faire débarquer son héros en Australie: des oiseaux géants et carnivores s’emparent de lui et en se débattant en air avec eux, il retombe sur les côtes australiennes.

Le délire prend tout son ampleur dès que Sadeur se retrouve sur le continent australien. On l’y accueille en héros à cause de son combat avec ces oiseaux meurtriers et comme miracle il n’y est plus stigmatisé comme hermaphrodite, parce que tous les Australiens sont hermaphrodites. Ils tuent même les bébés nés “demi-hommes” (donc normalement dotés d’un seul sexe). L’auteur fait passer son héros 35 ans sur cette île-continent et il décrit la terre normée et la société qui y vit de manière utopique. Chaque aspect de la vie est contrôlé par des règles élus démocratiquement sur la base de la “raison”. Il n’y a pas de propriété privée et de possession de biens particuliers, l’égalitarisme est absolu. Il existe une religion déiste occulte, non discuté de manière publique.

Les habitants possèdent les deux sexes. Ils vivent nus, car cacher une partie de son corps laisse supposer une infériorité. Ils sont sans désirs ni passions. En même temps, ils ont des débat à priori démocratiques, ce qui est contraire à la rationalité absolue dans la quelle ils vivent.

Leur pacifisme affiché a des défauts: ils tuent les non-hermaphrodites, ils ont des voisins belliqueux qu’ils détestent, les “Fondins” et ils ont des tabous dont on ne parle pas: la religion, la naissance et et d’autres thèmes aléatoires. Ce sont ces thèmes qui finiront par bannir Sadeur de la terre australe. Ils le condamnent au suicide, Sadeur s’échappe cependant par la voie par laquelle ils est venu: avec les oiseaux carnassiers dont il apprivoise un exemplaire. L’Australie reste donc occulte pour ceux qui veulent s’y rendre.

No Comments

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.