Le tour de l’Espagne en automobile

Un vrai voyage dans la série des Livres de voyages anciens.


Pierre Marge

Date du voyage 1907. Original français, paru en 1909

Récit de voyage véridique, environ 250 pages, quelques illustrations (gravures à partir de photos).

Version numérique sous divers formats: Le tour de l’Espagne en automobile.

Cet auteur-voyageur au style élégant part de Lyon sur une automobile première génération pour un tour de l’Espagne en cinq semaines. Il s’agit d’une équipe d’au moins quatre personnes et incluant un mécanicien. Le groupe loge d’un côté dans des hôtels nobles, d’un autre côté ils pique-niquent souvent en pleine nature et dorment aussi parfois à la belle étoile. Ce tour est décrit de manière légère et se veut la preuve que les routes d’Espagne sont valables pour les automobiles. Maintes fois l’auteur revient sur l’idée fausse (ou vieille de 30 ans) qu’il n’y a que des chemins muletiers sur la péninsule ibérique.

Il s’agit d’un véritable guide de voyage avec description de l’état des routes, avec un description des hôtels choisis et des mœurs régionales. En matière d’hôtels ils choisissent toujours les mieux dotés, cependant cela ne veut pas dire qu’il sont tous bons, les poux sont souvent inclus dans le prix. Un passage fort et la visite de Tanger au Maroc (en bateau) lors de la crise et de l’ingérence étrangère qui aboutira au protectorat franco-espagnol.

Panorama de Tanger en 1907

À l’époque les voitures étaient rares et ce encore plus en Espagne, à chaque entrée de ville ou de village ils font sensation. Ils roulent avec une automobile décapotable La Buire type 80 de 1906. Ils optent pour la plus forte motorisation avec 100 chevaux-vapeur. Aucune n’est goudronnée, le revêtement est de la terre, des pierres, du sable et le tout toujours accompagné de grandes quantités de poussière. Autour des grandes villes, l’état de routes est toujours déplorable, en campagne cela dépend de la géologie. Suivant l’état des routes ils roulent en première à 10 ou quant tout est bien tracé à 90 km/h.

Le style d’écriture est noble mais facile à lire. Il y a une multitude d’anecdotes et aussi des volets historiques. C’est donc plus qu’un simple road-book.

No Comments

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.