Voyage en automobile dans la Hongrie pittoresque

Un vrai voyage dans la série des Livres de voyages anciens.


Pierre Marge

Date du voyage 1910. Original français, paru en 1910

Récit de voyage véridique, environ 200 pages, quelques illustrations (gravures à partir de photos).

Version numérique sous divers formats: Voyage en automobile dans la Hongrie pittoresque.

Ce patron d’une grande entreprise de pâtes alimentaires n’en est pas à son premier voyage d’exploration de l’Europe. Il part avec une “automobile de 100 chevaux” dans des contrées où il est le premier à passer avec un engin motorisé. Les routes ne sont pas du tout faites pour ce genre de locomotion, mais Pierre Marge et ses quatre compagnons de voyage passent partout où une calèche peut se frayer un chemin.

Après l’Espagne, c’est donc ce que l’auteur appelle “la Hongrie pittoresque. Il faut placer cette définition géographique dans son contexte historique d’avant Première Guerre Mondiale: il s’agit des pays administrés par le Hongrie dans l’Empire Austro-Hongrois. Ce sont donc le sud de la Pologne, la Slovaquie, la Hongrie et le nord Croatie actuelle. Les parties majeures et discutés plus en détail se passant dans le Massif des Tatras et dans la Puszta Hongroise. Son point de départ est Vienne et le voyage d’achève à Trieste.

La description n’est pas aussi précise que dans son livre sur l’Espagne, comme s’il doutait que son livre ne servira pas vraiment de guide touristique routier. Il est difficile de dire s’il s’agit d’une correction postérieure, mais Pierre Marge dessine clairement la fin de l’Autriche-Hongrie à partir de multiples détails qu’il a noté lors de son voyage (armée du 19e siècle, bureaucratie débordante, inégalités extrêmes d’une région à l’autre). Il reste cependant quelque peu fasciné que ce conglomérat d’États, avec ses règlements et son passé très divers, fonctionne encore. Il parle aussi du “souffle du yougo-slavisme”, qui donnera un état quelques années plus tard.

Bien qu’il loue souvent son automobile, il ne précise pas la marque. On sait seulement que c’est une décapotable et c’est la majorité à l’époque. Elle a 100 chevaux, ce qui réduit le choix, il s’agit sans doute encore du le type 80 de la Buire. Une seule photo montre le véhicule dans le livre.

La décapotable devant le Château de Saint-Ivany en Hongrie (aujourd’hui Slovaquie)

 

Le style d’écriture est noble mais facile à lire. Il y a une multitude d’anecdotes et aussi des volets historiques que l’auteur a recherché dans la littérature de son époque.

No Comments

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.