Lire et interpréter des livres anciens de voyages

Ayant acheté une liseuse pour un voyage de plus de deux mois sur la péninsule ibérique, j’ai trouvé mon bonheur dans les livres numériques libres de droits axés sur les thèmes des récits de voyage du 17e au 20e siècle. Ces livres donnent accès au savoir du temps où ils avient été écrits, mais comme ils sont contemporains de ce temps, ils donnent des informations plus précises que nos cours d’histoire-géo (dont on ne se souvient plus). Deux exemples concrets:

  • Un agronome britannique voyage en France dans les années 1787 à 1789. Juste lors de la Révolution, il se trouve à Paris et côtoie les réunions du Tiers État en tant que spectateur critique. Il décrit que ce sont souvent les thèmes des orateurs à la voix la plus forte qui l’emportent. Lors de ses périples dans les provinces françaises de ce temps, il s’étonne qu’il voyage plus vite que les informations ne suivent de la capitale. Il est unique d’avoir une telle vue intérieure de ces événements sans qu’ils soient traduits, réduits ou interprétés par des historiens.
  • Un corsaire français décrit sa vie de manière auto-biographique. Il passe dans les Îles Caraïbes, fréquente des cours royales de France, Danemark et d’autres. Il décrit ainsi que les corsaires étaient des pirates d’état, avec une règle de conduite et uniquement actifs lors de guerres. Durant les époques de paix, ils se reconvertissent en navires marchands ou de pêche. L’épopée cinématographique et fantastique des Pirates des Caraïbes y trouve quelques bases fondées.

Ces livres de voyages sont par leur actualité d’antan à comparer aujourd’hui à des blogs de voyage pour les détails pittoresques et à des chaînes de télévision en continu lorsqu’ils retracent des événements de leur temps. Cette vue sur un temps passé permet d’y replonger sans pré-connaissances, car souvent ces livres était à l’époque destinés au grand public. Ainsi un livre intitulé Une Archéologue en Perse ne se perd pas dans des considération scientifiques, il donne aussi des informations complètes sur les mœurs su pays, les conditions de voyage et il n’est pas avare en anecdotes personelles ou situations captivantes. Ce voyage avait un but scientifique et pour cela il y avait des publications à part.

Bien sûr, ces livres datent du temps de leur rédaction et contiennent parfois aussi du savoir révolu, voire parfois des expressions ou un vocabulaire que l’on qualifierait aujourd’hui d’inadéquat. Ainsi un livre contemporain de la colonisation de Martinique et de la Guadeloupe est forcément raciste. Mais cette description honnête et cruelle retrace des faits réels de la Traite Négrière et démontre clairement que la l’esclavage était un facteur économique sans lequel la colonisation n’aurait pas été possible. Ces facettes de ce crime contre l’humanité ne sont pas souvent ainsi éclairés.

La liste ci-dessous pointe vers des courts aperçus des livres que j’ai lu. Ils sont loin de former une critique littéraire, mais peut-être donnent-ils envie de lire l’un ou l’autre livre et de replonger dans ces siècles passés. Plus les livres sont anciens, plus rares ils se font et plus aléatoire est leur langue. Dans ce cas, il faut du courage pour les lires jusqu’au bout. Pour les sources, on peut se reporter à cette liste d’e-books (en angais). J’inclus ici aussi des livres lus en allemand ou en anglais. Certains livres listés ici sont des fictions, mais leur style est parfaitement compatible avec les vrais récits de voyage. La liste est en travaux et présentée dans l’ordre d’ancienneté.  Toutes les illustrations de ces pages sont libres de droits (droits d’auteurs expirés), sauf mention spéciale.

L’information donnée sur le nombre de pages est basée sur la version numérique mise en lien. Il s’agit des pages du livre d’origine et ces pages étaient souvent petites. Le nombre de pages est donc élevé, et parfois un livre est scindé en plusieurs tomes. Des réimpressions récentes utilisent souvent plus de la page avec une police plus petite et ainsi le nombre de pages ne correspond pas toujours.

Régions traitées

Livres de voyages véridiques

L’auteur est soit le voyageur ou la voyageuse, soit il s’agit de comptes rendus d’autrui, surtout si l’expédition s’était soldé par un échec. Liste ici par ordre chronologique.

Recueils de plusieurs voyages

Un accès pratique et facile à la littérature de voyage sont des recueils regroupant plusieurs voyages ou voyageurs.

  • ♂ Voyages en Sibérie 1733-1743, 1770-1771 et 1795-1799 (1799)
    • Trois différents voyages dans une même région.
  • ♀ Les Grandes Voyageuses (1894)
    • Chaque livre ou chaque personne sont résumés en quelques pages dans un style uni et donc plus facile à lire que les gros volumes d’origine de diverses époques. C’est une bonne entrée aux livres de voyages anciens.

Relations et descriptions de régions

Une relation est un exposé ou un rapport sur un thème. Dans les cas ci-dessous, l’auteur n’a pas forcément voyagé jusqu’à la destination décrite, il se base sur des récits antérieurs.

Livres de voyage imaginés

Aux temps des explorateurs, il y avait aussi des auteurs qui écrivait des livres fantastiques, mais sur un fond plus ou moins réaliste, voire théoriquement réalisable. Jules Verne en est le membre le plus connu, mais il y en a d’autres plus ou moins oubliés de nos jours. Contrairement à Jules Verne, qui n’a jamais voyagé, il y a aussi des auteurs ayant au moins quelque rapport avec le thème ou la région traitée. Il n’est pas facile de délimiter ces livres des voyages réels, ainsi on pourrait aussi y citer le Comte de Monte-Cristo, où Alexandre Dumas donne une description très réaliste de lieux comme Marseille, Paris et l’Italie.

Forteresse de Tauris au 19e siècle