Ferme historique de Glaumbær

#26  -  - 

Suite du jour 15, 2009.07.24

On ne peut pas encore parler de soleil, mais comparé au début de la journée, il fait presque beau.

Route: Viðimýri – B – 1- Varmahlið – 75 – Glaumbær.

  • Toutes ces routes sont goudronnées.

C’est notre journée de culture et des entrées payantes. Glaumbær, dans la vallée de Héraðsvötn, est une ferme en maisonnettes de tourbe et de bois construite aux 18e et 19e siècles, elle est maintenant un musée. C’est un des sites culturels les plus connus d’Islande

Les textes descriptifs des photos viennent en partie du dépliant distribué à l’entrée du musée.

Ferme de Glaumbær

Par manque de bois, on ne pouvait pas construire grand. De plus, le peu de bois disponible est du bois flotté venu de Sibérie. Ces troncs sont gros, mais rarement plus long de trois mètres. On fait donc le plus possible en tourbe. Ces deux facteurs réduisent considérablement la taille possible des maisons.

L’église au fond est bien plus récente et ne fait pas partie de l’ensemble muséal.

Ferme de Glaumbær quand on approche l’ensemble

La tourbe peut servir de matériau de construction dans les régions où le bois fait défaut. En Islande par exemple, elle a été beaucoup utilisée au Moyen Âge pour la construction de fermes. Des briques de tourbes sont alors agencées pour former les murs, et un tapis de pelouse est déroulé sur la charpente du toit. La tourbe présente en effet l’avantage d’être facilement manipulable et d’être un bon isolant thermique, grâce à sa forte porosité. L’inclinaison du toit est particulièrement importante, car l’eau doit à la fois ruisseler et imprégner un peu l’herbe et la tourbe car en desséchant, des fissures se formeraient.

Les maisonnettes de la ferme de Glaumbær

Comme il est très difficile de faire de grandes constructions en gazon, les anciennes fermes Islandaises étaient des ensembles de petits bâtiments séparés, dont les plus fréquemment usités étaient unis par un couloir central. Uniquement les dépôt d’outils n’étaient accessibles que de l’extérieur. Le couloir de Glaumbær est extraordinairement long (22 mètres). il est tellement long qu’un visiteur a plaisamment fait remarquer qu’il le croyait mener à une autre ferme. Ce couloir donne accès aux neuf des treize maisonnettes de Glaumbær. Dans le couloir, deux portes intermédiaires, en plus de la porte de devant, empêchaient le froid de pénétrer dans les pièces de séjours.

Le couloir (Bæjardyr og göng) est la pièce no. 1 de la ferme-musée.

Couloir d’entrée de la ferme de Glaumbær

La ferme historique surprend par sa méthode de construction et par les pièces exposées. Le mode de vie est ainsi bien documenté. Les les chaussures principales des Islandais jusqu’aux temps modernes impressionnent: une seule couche de cuir de mouton avec, en hiver seulement, une semelle interne en laine de mouton!

La “Baðstofa” d’une ferme irlandaise était en réalité la salle de séjour. Ici le fermier, sa famille et les domestiques prenaient leurs repas, travaillaient et dormaient. La Baðstofa de Glaumbær, construite vers 1876, comprend 11 lits, mais très souvent ils étaient partagés de deux personnes. Cette baðstofa pouvait abriter une vingtaine de personnes.

Chaque habitant travaillait et mangeait assis sur son propre lit. Sur un rayon au-dessus du lit, il avait son propre Askur, c’est une assiette ou un bol cylindrique de bois à couvercle, souvent à sculptures compliquées. Dans cet Askur, on lui  apportait la nourriture du garde-manger. La place des femmes était du côté de la fenêtre, parce que leur travail, le filage et la couture, exigeait une meilleure lumière. Les hommes cardaient la laine ou faisaient des cordes avec le poil de cheval. Durant les longues soirées d’hiver, comme les gens s’occupaient de leurs travaux à la lumière de petites lampes à huile, quelque membre de la famille, pour leur faire plaisir, lisaient des sagas ou récitaient des poésies. Quelquefois des récitateurs semi professionnels visitaient des fermes dans le voisinage.

La Baðstofa était uniquement chauffée par la chaleur des corps des habitants. Cela était possible à cause des excellentes propriétés isolatrices du gazon islandais, qui maintient la chaleur ainsi provoquée, et également parce que l’air en Islande est relativement dénué de microbes et réduit les odeurs corporelles. Comme chacun était habillé de laine, il n’était pas nécessaire que la pièce soit chauffée.

Baðstofa de Glaumbær

A l’heure du coucher, les gens, encore en partie habillés, tiraient sur eux des couvertures de laine et des édredons chauds, qu’ils avaient faits eux-mêmes, et les assujettissaient le Rùm (Rúmfjöl, la planche de lit).

Une de ces planches, dont certaines présentaient une sculpture compliquée, se trouve sur chaque lit. Le jour elle restait placée sur le lit contre le mur; la nuit elle maintenait ramassée la literie. Mettre la planche de lit en place pour la nuit était comme une expression silencieuse de la prière qui était gravée dessus: “Veille sur moi, entoure moi de ta bénédiction éternelle. Que les anges de Dieu forment un cercle au-dessus de mon lit”. Ces vers sont gravés sur une de ces planches de Glaumbær.

Les femmes couchaient sous les fenêtres, les hommes de l’autre côte. Dans un logement aussi encombré et limité, une friction entre les gens pouvait seulement être évitée par une conduite générale de respect mutuel et de tact, et en réalité, la Baðstofa comme tout environnement, a crée son propre code de conduite. Il y avait entre les gens qui vivaient dans la Baðstofa une convention de respecter la vie privée de chacun: ce que l’on gardait sous son oreiller était en sûreté contre tout furetage comme si cela s’était trouvé dans un coffre-fort.

Rúmfjöl dans la Baðstofa

Rúmfjöl de la chambre d’amis (Bláa stofa – gestastofa), qui est pièce no. 2 de la ferme-musée.

Rúmfjöl à la ferme de Glaumbær

Le damier (mon interprétation) se trouve dans la Baðstofa. La photo des skis a été prise dans le Suðurdyr (Brandahús, porte sud), c’est la pièce no. 9 de la ferme-musée.

La cuisine servait aussi de fumoir: des viandes fumées étaient suspendues au plafond. Ces cuisines avaient souvent une longue durée de persistance, car l’action de la suie sur le bois, avec le courant d’air et la sécheresse, servaient de protection.

Âtre de la cuisine de la ferme de Glaumbær

Le lait frais a été versé dans des auges. Au bout de 36 heures la crème s’était séparée, et l’on a fait s’écouler le lait écrémé de dessous la crème. Après barattage, la crème a donné le beurre, et avec une partie du lait écrémé on a préparé le Skyr, excellent mets islandais, ressemblant quelque peu au yogourt. Pour laver les auges, on utilisait des brosses à poil de cheval.

Laiterie de la ferme de Glaumbær

Les barils, dans ce garde-manger, contenaient le Slátur (boudins, viandes de têtes de moutons pressée, petit lait tourné, etc.) et le Skyr. La température froide de ces pièce dans cette construction de gazon est idéale pour la conservation des aliments.

Fûts du grand garde-manger de la ferme de Glaumbær

Ici la nourriture était rassemblée et distribuée en portions par la maîtresse de maison. L’un des nombreux résultats d’un commerce extérieur peu développé a été la nécessité de manufacturer la vaisselle de bois.

Petit garde-manger de la ferme de Glaumbær

Les collier pour attacher le bétail sont en os et en cordes.

Harnais pour bétail à Glaumbær

De l’arrière et des côtés, la construction est encore plus fascinante, on ne voit que les fenêtres entre les touffes d’herbe sur la tourbe.

Lucarnes de Glaumbær

Lucarnes de la Ferme de Glaumbær

Toit couvert de gazon et de tourbe à Glaumbær

Lucarnes sur toits de gazon à Glaumbær

Il y aussi deux maisons en bois à Glaumbær et elles font partie du complexe du musée. Elles datent du 19e siècle et sont construites dans le style danois. L’église, quant à elle, est bien plus récente que la ferme-musée de Glaumbær.

Après cette longue dernière visite, nous nous dirigeons vers la ville d’Akureyri car nous avons besoin d’un camping avec des douches.

#26  -  - 

No Comments

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.