Whale watching à Húsavík

#31  -  -  

Jour 17, 2009.07.26

Route: Camping municipal de Húsavík – port de Húsavík – plage de Barmur  – port de Húsavík – Cap Tjörnes.

  • Toutes ces routes sont goudronnées.

Nous consacrons cette journée aux baleines. Dès le matin, nous avions réservé une sortie pour 13h, mais on nous avait oublié et on était relayé pour la sortie de l’après-midi. Alors nous cherchons un endroit pour passer le temps et trouvons pour cela la plage de Barmur au nord de Húsavík. Vers midi, nous visitons le très bon musée de la baleine de Húsavík, récemment ouvert en 2008.

Musée de la balaine à Húsavík

Au premier étage du hangar sont montrés des squelettes de baleines. On croirait des dinosaures. La plupart des squelettes viennent de baleines mortes naturellement. Elles sont le plus souvent échouées. On peut cependant soulever la question si ce phénomène est vraiment naturel pour des baleines dans la fleur de l’age. Ces mammifères ont l’ouïe très sensible et on peut supposer que les radars sonores des sous-marins militaires et autres les déroutent.

Squelette de baleine

Un seul de ces gros vertèbres pèse plusieurs dizaines de kilos.

Colonne vertébrale de baleine

À la recherche de baleines dans la baie de Skjálfandi

Ensuite, nous embarquons pour environ trois heures sur un ancien bateau de pêche recyclé en bateau d’observation pour baleines. Il y a aussi des sorties en zodiac avec moins de passagers, mais c’est beaucoup plus cher et on n’approche pas les baleines de plus près. De plus, on ne les voit qu’à raz de l’eau alors que sur les anciens bateaux de pêche il est possible de monter sur le toit de la cabine.

En haute saison il y a toujours plusieurs bateaux qui sortent en même temps. Ils partent en différentes directions et s’informent en cas de vues de baleines.

Bateau d’observation de baleines Faldur

On incite les passagers à enfiler une combinaison thermique par dessus ses propres habits. Elles sont de la marque 66°-North qui produit pour la pêche industrielle. Il fait en effet plus frais sur l’eau parce que le vent, même léger, n’a pas d’obstacle. Mais c’est un cirque très comique quand une vingtaine de passagers enfilent ces combinaisons. Mais il n’y a pas de taille pour tout le monde, ainsi notre fils n’en a pas et André ne se fatigue pas à trouver une protection à sa taille. Mais on n’aura pas trop froid, les autres auront par contre trop chaud. Les enfants doivent prendre un gilet de sauvetage.

Par manque de baleines durant la première heure, nous observons d’autres animaux marins. Les macareux moines plongent avec les ailes qu’ils utilisent comme nageoires nagent. Elles sont donc courtes, ce qui est un handicap en l’air et surtout pour décoller.

Un macareux moine décolle  en courant sur l’eau

Le macareux moine a décolle de l’eau

Le macareux moine vole

Pour trouver des baleines, les bateaux approchent la côte opposée à Húsavík. Nous sommes fin juillet, mais la neige sur les montagnes donne une impression très automnale.

Chaine de montagne du Víknafjöll à l’ouest du Skjálfandi

On a une bonne vue de du haut du poste de commande, mais quand le bateau tangue, cela bouge beaucoup plus que sur le pont en bas.

Le poste de commande tangue fort dans les vagues

En haute saison, il y a toujours plusieurs bateaux qui sortent en même temps.

Bateau d’observation de baleines Náttfari

Finalement, nous arrivons dans une zone où des baleines à bosse plongent en recherche de plancton. Non, elles ne font pas de saut en l’air.

Une baleine à bosse plonge près d’un bateau d’observation

Une baleine à bosse roule son dos

Cap Tjörnes

Le soir, nous campons sur le cap au nord, près de la baie Sandvík. Il y a ici quelques champs accessibles sur des pistes agricoles, sur celles-ci on peut se distancer de la route (où ne passe quasiment personne). Le cap reste en retrait par rapport à ceux à l’est et à l’ouest, la mer est donc assez calme. Il fait beau, mais le vent est très fort.

La table est placé stratégiquement à l’abri de la voiture. Quant aux maillots de bain qui sèchent sur les chaises: on était au bain chaud (sundlaug) de Húsavík en revenant de l’excursion en mer (et non pas dans l’Océan Atlantique Nord visible au fond).

Nicolas et André au Cap Tjörnes

Le jour suivant nous poursuivons le contournement du cap.

#31  -  -  

No Comments

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.