Pont de Karesuando

Laestadiusvägen, Karesuando, Norrbotten, Sverige

Peu charmant – toute saison – GPS 68.441554, 22.478993
Nous restons au sud du pont, près de l’église. Le pont marque la frontière avec la Finlande.

Il y a en ville des meilleures places pour ce garer, par exemple au Laestadius pörte, c’est une sorte de salle de réunion historique. Son parking est un peu en retrait et il y a là aussi des prises électriques apparemment libres. Les coordonnées GPS sont 68.439993, 22.473134.

Notre trafic à Karesuando à la frontière finlandaise (panneau bleu au fond). Photo: Alex Medwedeff.

2014.03.14 – posé en camion aménagé

Il était clair dès le départ que franchir la chaîne montagneuse à la frontière entre la Suède et la Norvège pourrait poser problème en plein hiver. De Jukkasjärvi nous passons à Kiruna (ville sans intérêt) et continuons ensuite sur un haut-plateau désertique et balayé par le vent sur une route de plus en plus glacée vers Abisko. C’est une station de ski réputée pour son air sec, cependant ce jour là il y avait surtout du vent. La conduite ayant été déjà assez stressante sur les routes pleines de neige, nous y faisons une pause avant de repartir. Nous n’irons pas loin. Route barrée pour un temps indéterminé pour cause de tempête de neige. En gros le vent souffle tellement fort que les corniches de neige barrent la route. Les voitures et camions qui attendent sont donc envoyés par très petits convois derrière une fraiseuse à neige. Le problème: la section à traverser ainsi fait 40km de long! Nous apprendrons tout ceci lors d’une deuxième pause encore bien plus longue à l’hôtel touristique qui était plein de monde échoué ici car le train, passant sur la même route, était aussi bloqué, le fort vent ayant balayé quelques containers des wagons. Nous retournons à la queue de voitures et voyons qu’elle n’a fait que s’allonger. Un essai de monter à la station de Björkliden (il devait y avoir un camping ouvert) échoue à cause d’une montée enneigée trop en pente et j’ai la flemme de monter les chaînes pour une si petite distance.

Dans ces conditions, voulant toujours aller à Tromsø, nous prenons la décision de passer par la route nord, moins haute et qui passe par un bout de Finlande. Cela fait un détour de plus de 300km, dont 150 sur neige et glace. Nous faisons les 100 premiers kilomètres en plus la nuit sur la E45 pour rejoindre Karesuando. Il n’y a pas de photos de ce passage, il tombaient des gros flocons, le camion pataugeait (mais pas besoin de chaînes) et lors du passage de voitures et surtout de semi-remorques en sens inverse on passait dans un nuage de neige d’une vingtaine se secondes. Dans ces situations-là mieux valait s’arrêter et laisser passer.

Après une conduite fatigante de nuit, sur neige avec de grosses chutes de neige en même temps, nous arrivons à Karesuado, village suédois à la frontière finlandaise. N’ayant pas prévu de passer par là, nous n’avons aucun plan, mais ne voulons plus continuer au-delà de 22h. Alors arrêt au parking de l’église en plein village. Les portières sont gelées, l’arrière du camion forme plus ou moins une grosse corniches de neige. Dans ces conditions-là, il n’y a plus qu’à chercher une place de laquelle on pourra repartir le lendemain et de mettre le chauffage auxiliaire en marche. La nuit, sacrilège, panne de chauffage auxiliaire, car l’échappement est bouché par la glace sous le camion. Je ne réaliserai et résoudrai le problème que le matin suivant. Cette nuit les bouteilles d’eau dans les portières congèlent entièrement.

La soufflerie se met en marche, de l’air frais en sort, puis tout s’arrête avec un message d’erreur. Je redémarre le chauffage mais rien n’y fait. Il fait -12°C et il nous reste juste un peu de chaleur du moteur. L’erreur affiché est l’erreur standard qui couvre toutes les possibilités («démarrage impossible»). Fatigué de la route, je n’ai pas la tête à chercher le défaut. Ce qui me tracasse surtout, c’est que le besoin du chauffage webasto commence vraiment maintenant, cela remet en cause le but du voyage. Nous sortons donc le réchaud à gaz pour faire du thé, puis quand le froid reprend on chauffe un repas en boîte. Pour dormir notre couette, nos gros sacs de couchage et nos bonnets nous sauveront.

Le matin, encore somnolant, je pense bien sûr au chauffage, c’est qu’on en a besoin aussi pour le reste du voyage, les campings ouverts se faisant rarissimes si haut dans le nord. Me vient alors l’idée que l’échappement pourrait être bouché par la neige. Je grimpe sous la voiture et c’était pire que ça: il y avait une véritable calotte de glace sous tout le camion, pas très épaisse, mais elle recouvrait tout. Aussi l’échappement du webasto. Avec quelques coups de tournevis la glace tombait du bout de l’échappement et le chauffage redémarrait, non pas sans puer sérieusement, aussi dans l’habitacle. Il redeviendra normal par la suite.

Glace tombant de l’échappement après la remise en marche du webasto

Cette glace sous le camion venait de la veille: sur des longues sections de route nous roulions dans des rails creuses par les pneus dans la neige et la glace sur la route. Durant l’après-midi le soleil a fait fonde un peu de cet amalgame et cette eau est projeté sur la caisse du camion qui est elle à -10°C. Comme le sel est très rarement utilisé en Scandinavie, cette eau congèle immédiatement sur le bas de caisse et bouche tout. L’échappement du véhicule est toujours assez chaud pour rester libre, mais l’échappement et la prise d’air du webasto restent froides en roulant.

Choses à faire

Visiter Karesuando et Kaaresuvanto, les deux parties de la ville des deux côtés du fleuve et de la rivière. Karesuando est un peu plus belle, mais honnêtement, il n’y a pas grand chose à faire ici sauf pêcher et chasser.

No Comments

Leave a Comment

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.